NOUS REVELER A NOUS MEME

Cela dit, je vous entends me demander ce qui va faire que, soudainement, nous trouvions à nous engager, à participer et à persévérer dans ce que nous n’avions à ce jour osé entreprendre. Autrement dit, comment faire pour que nous nous révélions à nous-mêmes? La prise en compte de deux facteurs majeurs va nous y aider: la connaissance de nous-mêmes et la stratégie d’objectif.

Au sujet de la connaissance de nous-mêmes, nous retiendrons deux dimensions: l’image de soi et le système de représentations. L’image de soi, c’est celle que nous nous faisons de nous-mêmes, les propres sentiments vis-à-vis de nous. Elle est liée au type d’expérience vécue avec autrui qui nous renvoie une image en retour. L’image de soi est un élément dynamique: chacun cherchant de tout temps à mettre en place des stratégies pour être bien perçu par son entourage et l’ensemble de la société, les bandzèbi doivent s’en donner une bien plus positive. Aujourd’hui notre image générale, à nous les bandzèbi, est que nous nous sentons, en tout, exclus et perdants en politique, économie, etc., d’où notre capitulation. Ainsi, nous nous renions à travers le regard des autres, conscients qu’un adulte a du mal à accepter une mauvaise image de soi qu’un enfant. Toutefois, l’image de soi est mouvante, nous donnant de ce fait même la possibilité de reconstruire la nôtre, à partir de l’outil que représente ce site. En veillant à ce que toute ou tout mundzèbi présente une image positive de lui-même aux autres et nous amène toutes et tous à nous regarder différemment que par le passé, et à parler de nous d’une autre manière, qui consiste à repérer et à souligner ce que nous faisons de positif plutôt que de nous bloquer sur un échec.

L’analyse de notre système de représentations contribuera d’une manière décisive à la reconstruction de notre image. Que veulent dire les mots notre système de représentations? Tout simplement nos comportements, nos opinions, nos croyances en tant qu’objets de connaissance qui nous permettent d’établir un lien avec la réalité. Nos représentations mentales sur la société, les affaires, la politique, les sports etc., c’est-à-dire l’idée que nous nous faisons de ces domaines détermine en effet la position que nous adoptons à leur égard. Cette position peut aller du rejet pire et simple du domaine, comme c’est souvent le cas, à l’investissement dans le domaine, en passant par la position d’indifférence. Comprendre nos idées sur différents domaines nous aidera à justifier nos positions et au mieux, à adopter une nouvelle manière de les voir qui, subséquemment, nous conduise à y adopter un positionnement plus avantageux. Au départ, nous savons que Sociologues et Psychosociologues ont établi que les croyances et les préjugés que l’adulte s’est forgés expliquent que la résistance au changement est plus forte chez lui que chez l’enfant car face à la réalité, il a tendance à renforcer ces croyances et préjugés. Il nous faudra donc tenir compte de cette régularité du comportement de l’adulte, au moment d’analyser les facteurs culturels et sociaux de notre propre communauté. Ces facteurs sont, entre autres, notre contexte de vie économique, sociale, religieuse, la région où nous habitons avec ses contraintes, nos habitudes de vie en société, nos habitudes de pensée et de raisonnement; et l’analyse a pour but d’y débusquer des facteurs de blocage possible ou de dynamisme potentiel en direction d’un mieux être économique, social et culturel.

Le pari que nous faisons est qu’en exerçant sur notre propre expérience de la vie en société, sur notre vécu passé et actuel une pensée critique rigoureuse et objective, dans une ambiance de coopération fraternelle ou familiale, il nous est possible d’adopter de nouvelles représentations, adaptées aux contraintes (vitesse, travail d’équipe, compétition au sein et entre les équipes, sciences et technologies, TIC, mondialisation…) aux temps modernes. Au cours, des débats, apprenant les uns des autres dans une ambiance familiale, nous forgerons ensemble des pistes d’actions concertées, au grand bénéfice de l’ensemble de notre communauté.